Website archived May 2014

Issue 12, December 2012

En ouverture de ce douzième numéro, Erik Hess, chargé de mission ECVET à la Direction générale de l'éducation et de la culture de la Commission européenne, revient sur l'année écoulée. Il considère que celle-ci fut remarquable car les États membres et les différents intervenants concernés ont mis en place les conditions nécessaires à l’application progressive de l'ECVET. Après ce bilan, il évoque les priorités établies par le groupe d'utilisateurs de l'ECVET pour l’année à venir.

Le magazine se poursuit par trois articles illustrant les activités du réseau ECVET :

  • Le premier article concerne le deuxième séminaire commun ECVET-EQAVET-EQF-ECTS qui s’est tenu à Paris en octobre. Les membres du réseau ECVET ont rejoint les représentants des autres instruments européens pour discuter de comment les unités d'acquis d'apprentissage peuvent-elles fournir un support aux apprenants.
  • Le second article est consacré au séminaire personnalisé pour l’UEAPME (l’Union Européenne de l'Artisanat et des Petites et Moyennes Entreprises) qui s’est tenu à Bruxelles en septembre dans le but de familiariser les experts en formation et éducation de l’organisation avec l’ECVET.
  • Le dernier article évoque un autre séminaire personnalisé, qui s’est également tenu à Bruxelles en septembre, mais cette fois-ci pour le secteur de l’énergie nucléaire afin de familiariser des experts du secteur à l’ECVET.

Pour clôturer cette partie du magazine sur la vie du réseau, un calendrier des activités organisées par l’équipe d’appui ECVET pour l’année 2013 est présenté.

La seconde partie de ce magazine se concentre sur les développements de l’ECVET. Tout d’abord, un article présente les différentes approches des projets pilotes de seconde génération dans leur définition des unités d'acquis d'apprentissage et de l’évaluation de ces dernières. Il présente la manière dont les projets ont conçus, structurés et formulés les acquis d'apprentissage, comment ils ont envisagé leur et dans quel contexte. Les différentes approches sont illustrées par de nombreux exemples recueillis auprès des projets.

Pour continuer, plusieurs équipes d’experts ECVET présentent brièvement les derniers développements de l’ECVET dans leur pays respectifs : en Grèce, à Malte, en Italie et en Slovénie.

Ensuite, quatre projets pilotes de seconde génération sont décrits :

  • Le projet maltais intitulé VET-CCS vise à développer une compréhension nationale de l'ECVET, de ses éléments, de sa portée et de ses avantages, ainsi que de l'importance de sa mise en œuvre au niveau national et européen. Pour cela, 30 certifications/cours de l'enseignement et de la formation professionnels seront convertis et utilisés afin d’élaborer et de tester un outil méthodologique pour la conversion des qualifications ordinaires en qualifications décrites dans les termes de l'ECVET.
  • Le but du projet CO.L.O.R est d’aider les travailleurs - en particulier les travailleurs migrants - à obtenir une qualification. Pour atteindre cet objectif, le projet teste comment l’ECVET peut être utilisé pour promouvoir la reconnaissance des acquis d'apprentissage préalables dans les domaines de la construction et des soins de santé en Italie.
  • ESyCQ vise à établir une procédure de validation et de reconnaissance des apprentissages formels, non formels et informels dans le secteur commercial. Six professions/certifications, pour lesquels l'entrée latérale sur base d'apprentissages informels et non formels est typique et dont les acquis d’apprentissage se chevauchent, ont été sélectionnés.
  • MEN-ECVET est un projet pilote mené par le Ministère français de l'Education nationale analysant comment l’ECVET peut être introduit dans le cadre existant au niveau de la conception et de la délivrance des certifications relevant de la responsabilité du ministère. Le projet travaille avec cinq qualifications de même type et de même niveau (baccalauréats professionnels), mais couvrant différents secteurs (industrie et services).

Un article est ensuite consacré au réseau thématique NetECVET dont l’objectif est de promouvoir l’ECVET dans un contexte de mobilité transnationale et de soutenir sa mise en œuvre au sein des États membres par le biais d'une approche « bottom-up ».

L’Association Européenne Pour La Formation Professionnelle présente le projet « PEP goes local », suite directe du projet PEP, un partenariat pour l'expérimentation de l’ECVET dans un contexte pratique visant à explorer ce que l’ECVET pourrait apporter aux membres de l’association.

Pour clôturer ce numéro, la dernière version du guide ECVET pour la mobilité est brièvement presentée.